ARTHUR YOHAN SANCERNI

 

Ma première expérience d’entrepreneur à commencé il y a 30ans, lorsque j’ai commencé à marcher, puis j’ai entrepris l’apprentissage du langage, l'utilisation de mon corps pour diverses choses de la vie concrète (manger, ouvrir une porte, grimper, dessiner, me gratter le dos…). J’ai commencé à lire des livres et histoires très tôt, à 4 ans je savais déjà déchiffrer des mots, inventais des histoires et n’avais aucune peur ni crainte de “l’adulte”, vu que je ne l’avais pas encore identifié comme une chose à part entière.

Ma vie avant 5 ans était faite exclusivement d’expériences qui m'amenaient à me dépasser sans cesse pour m’adapter à mon environnement, avec un enthousiasme et un élan naturel vers l’excellence. Je n’avais que peu besoin d’aide extérieure pour entreprendre et apprendre.

A partir de mon arrivée à l’école primaire, j’ai été confronté à beaucoup de difficultés. Je ne pouvais plus me consacrer autant de temps que je le voulais à approfondir mes connaissances sur des sujets qui me passionnaient (l’éthologie, Darwin et la vie extra-terrestre), à aller courir quand j’en avais envie, à escalader sur des murs immenses (de mon point de vue en tout cas!) et je n’osais même plus demander à mon instituteur d’aller aux toilettes quand la bouteille était pleine à craquer…

Et ça a continué toute ma scolarité, j’ai connu une forme de renfermement à l’école, d’incompréhension de ce qui m’arrivait, de mal-être et de difficulté à le communiquer.

Ça vous rappel peut-être quelqu’un non?

J’avais pourtant de bonnes notes, sans réellement travailler, juste en répondant à l’attente d’un adulte bien identifié ici comme un être autoritaire qui m’imposait sa présence, son savoir certifié, ses fictions et ses croyances, sans possibilité réelle d’échange et de coopération.

Mais progressivement, je suis parvenu à sortir de mon enfermement et à prendre conscience des contours de cette univers insensé lorsque j’ai commencé à utiliser cet outil merveilleux qu’est internet.

Je me suis alors mis à interagir avec des centaines de personnes de tout âge et du monde entier, comme s’ils étaient dans la même pièce, à découvrir des idées du monde moderne, des aventuriers et écrivains contemporains, des textes qui venaient directement remettre en question sans cesse les limites de mon propre univers...

Cette ouverture m’a également beaucoup aidé à l’école : pour les contrôles et évaluations notamment, il me suffisait de lire le résumé bien amené du programme, déniché sur internet, et en 4h, j’en savais plus qu’une année d’un cours conventionnel. Le reste du temps gagné, c’était pour me consacrer à la recherche des preuves d'une existence extra-terrestre :)

J’ai alors survécu l’école, puis l’université, par défaut.

Diplôme en poche, j’ai consacré beaucoup de mon temps à voyager professionnellement et personnellement (environ 22 pays parcourus aujourd’hui), à rencontrer les hommes et femmes du monde entier, à apprendre à entrer en contact, à interagir, à résoudre des conflits, à me faire des amis, à construire des relations, à m’identifier au monde, à m’adapter à toutes les situations (aussi extrêmes soient-elles) et à en revenir à chaque fois un peu plus grandit, enrichit, changé. Avec des compétences relationnelles de plus en plus aiguisées qui m'ont ouvert les portes de tout ce que j'ai entrepris.

Pour info, je n'ai jamais travaillé dans un domaine en lien direct avec mon diplôme.

Je pense que j'ai toujours été à la recherche, sans vraiment le savoir, de ce qu'on offre aujourd'hui à l'école dynamique : Que l'on me fasse confiance sur le simple fait que je sache moi-même ce qui est bon pour moi.

De fils en aiguilles, d’expériences en expériences, une révélation.

J'embrasse ce que je vie, non pas parce que j’ai été cadre dans une entreprise lucrative, non pas parce que j’ai eu de beaux postes dans l’humanitaire, ni parce que j’ai une renommée en tant que photographe, mais parce que j'ai entrepris la plus belle chose que je puisse imaginer : entreprendre l'apprentissage de la liberté, en paix et en ayant misé sur la principale compétence qui me permettait de la vivre, la confiance moi et donc dans la relation à l'autre.

Et sans que je le cherche vraiment, l’école dynamique est venue à moi, naturellement.

Cette approche a été pour moi une illumination de plus dans mon parcours, et c’est ce que j'ai choisi pleinement de co-fonder aujourd’hui avec une équipe qui vit la même dynamique. Une équipe passionnée avec qui nous vivons l’expérience de cette création d’école comme une aventure humaine intense dans nos parcours si diversifiés et complémentaires.

Il arrive souvent que l'on se dise que l'on apprend bien plus de choses des plus jeunes membres que l'inverse.

Et il n’y a aujourd’hui pas de doute, l’école dynamique et son approche n’est pas une invention tout droit sortie de l’esprit de quelques barbus écarlates, c’est le résultat de plus de 50 années de recherches et d'expériences qui prouvent sans cesse que l’approche éducative doit évoluer, se diversifier, s’adapter à chacun et donc au monde.

L’école dynamique propose ce à quoi tout enfant aspire naturellement avant que l’école conventionnelle ne vienne trop souvent perturber un élan spontané pour l'apprentissage.

C’est un endroit où l’on a décidé de considérer qu'un “enfant” devrait jouir du même droit que n’importe quel être humain, celui d’être apprécié comme une personne indépendante, responsable et libre d’apprendre ce qui l'intéresse au moment où il le souhaite et de la façon la plus adaptée, au sein d'une communauté (appelée par défaut “école”) égalitaire, libre et démocratique.

De ce cadre peut alors émerger la magie fluide de l’être et sa capacité extraordinaire d’adaptation.

La liberté est sans doute la chose la plus difficile à entreprendre puis à apprendre, et c’est en la vivant, dès le plus jeune âge, au sein d’un collectif varié, tant en âges qu'en personnes, et avec un fonctionnement clair que l’on peut enfin en saisir la réelle signification et se libérer des croyances du monde d'hier.