SALMA EL HAYANI

 

Je viens d'un univers à la fois très proche et très différent de l'école dynamique: la Psychanalyse (Lacanienne). Psychologue clinicienne depuis 2010, j'ai travaillé dans de nombreuses institutions au Maroc et en France: pédopsychiatrie, addictologie, handicap mental, abandon/adoption, migrants et, plus récemment en service d'insertion. Ce dernier emploi m'a laissé un goût amer au contact d'une structure politisée où l'exigence du chiffre évinçait la qualité de l'accueil et de la prise en charge humaine.

Stop. Plus d'institutions pour moi. Besoin de respirer, de retrouver le plaisir de travailler, la possibilité de préserver mon éthique.

J'ai rencontré l'école dynamique, je ne peux plus faire comme si ça n'existait pas. Du sens finalement... comme une évidence. Être au quotidien connecté à l'autre, sans politique, sans chiffres, être soi et laisser l'espace à l'autre pour être lui, l'accueillir comme il est, là où il en est, là où il a envie aujourd'hui d'aller... ne pas avoir à faire de rapports sur lui, et lui coller une étiquette... bref, je retrouve une partie de ce que j'aime dans la psychanalyse. La psychanalyse telle que je l'ai reçue n'a pas grand chose à faire de l'éducation; on la questionne sans cesse sur des paradigmes généraux, mais elle répond au cas par cas, au gré du cheminement très personnel du sujet, et non au nom d'une catégorie dys-truc ou hyper-machin. 

Alors la voilà la recette de ma vie nouvelle: Beaucoup de temps à l'école dynamique en tant que staff, pas mal de temps en tant que psychologue en libéral et en asso... du swing, et de belles relations! C'est parti !